Cérémonies et sorties

Ce site cessera d’émettre le 31 octobre 2017

Après délibération, le Bureau de la section de Lyon de l’Union Nationale des Parachutistes a décidé le 12 septembre 2017 la fermeture de son site internet. Cette fermeture sera effective à la fin de ce mois d’octobre 2017.
Pour vous informer en ligne sur la vie des sections locales voisines et plus généralement sur le monde parachutiste militaire, vous pouvez vous rendre sur les sites suivants :
Section de l’Ain : http://unp-ain-bugey.over-blog.com
Section de la Haute-Savoie : http://www.unp74.org
Section des Allobroges : https://unplesallobroges.wordpress.com

Et, bien entendu, sur le site national : http://union-nat-parachutistes.org

Section de Lyon. Contact : Jocelyn GOMEZ , secrétaire de section par intérim. gomez.jocelyn@orange.fr . Tél : 06 12 09 02 26

_________________________________________________________________________________________

Dimanche 25 septembre 2016 : hommage aux harkis

… et plus justement encore pour leur pays, l’Algérie, pour lequel ils espéraient un destin bien différent lorsqu’ils prirent les armes, aux côtés de l’armée française.

20160925_112356
Laurent Wauquiez, président du Conseil Régional Auvergne-Rhône-Alpes, a déposé une gerbe au pied du Monument aux Morts d’Oran.

Ce dimanche midi au Monument aux Morts d’Oran, à Lyon comme aux Invalides, les autorités représentant un large échiquier politique ont rendu un hommage appuyé aux harkis et supplétifs de l’armée française en Algérie, soulignant à la fois leur courage, dignité, constance, engagement, intégration,…
20160925_111855Le vice-président national de l’Union Nationale des Anciens Combattants Français Musulmans et leurs Enfants, Mohamed Rabehi, a lu le message du colonel Aziz Méliani, président national et rappelé que les harkis s’étaient vu promettre bien des fois cette reconnaissance, « vivement et intensément espérée ». Le préfet a lu le discours officiel dans lequel la France reconnaît « la responsabilité des gouvernements français dans l’abandon des harkis, les massacres de ceux restés en Algérie et les conditions d’accueil inhumaines de ceux transférés en France. »
20160925_113614Mme Fatma Kéfif, présidente de l’UDACFME, a rendu un hommage à Jacques Houassi, ancien président de cette association, disparu il y a quelques mois.
Des gerbes ont été déposées au pied de ce monument aux Morts d’Oran, rapatrié en décembre 1967 dans ce quartier de la Duchère qui a accueilli des dizaines de milliers de pieds-noirs.
20160925_114052
Brève poignée de mains entre le général de Légion René M., membre de la section UNP de Lyon et président de l’AALE, et Laurent Wauquiez, président du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes :
– René M. : « C’est la première fois depuis vingt ans que je vois un président de conseil régional présent à cette cérémonie »
– Laurent Wauquiez :  » Message reçu… »
Une dizaine de parachutistes dont cinq porte-drapeaux ont participé à cette cérémonie en hommage aux harkis, leurs anciens compagnons d’armes sur le terrain, en Algérie.

Discours-du-general-lescel prononcé par Mme Fatma Kéfif
Discours-du-colonel-aziz-meliani , président national de l’UDACFM, prononcé par M. Mohamed Rabehi, vice-président national.
Galerie photos _________________________________________________________________
Jeudi 8 septembre : dernier hommage à notre camarade Jean-Marie Bayle

Ce jeudi, aux côtés de sa famille, une quinzaine de parachutistes de l’UNP–CLI de Lyon avec quatre drapeaux, sont venus rendre un dernier hommage à leur compagnon Jean-Marie Bayle.
Né en 1941, Jean-Marie s’est engagé dans les parachutistes à l’âge de 18 ans. Il a été envoyé en Algérie, au 18è RCP, et a obtenu le grade de sergent-chef avant de poursuivre une carrière civile de dessinateur industriel qui se terminera à l’aéroport de Lyon Satolas. Il était titulaire de la Croix de la Valeur Militaire et de la Croix du Combattant.
Profondément attaché à son temps dans les paras, il a été un membre fidèle de l’UNP-CLI de Lyon pendant plusieurs années et avait souhaité que le chant « Debout les Paras » soit écouté le jour de ses obsèques, volonté qui a été respectée.
Jean-Marie Bayle « savait aimer et était aimé ». Que Saint-Michel lui ouvre grands les bras !
20160908_153451_bassedef
_________________________________________________________________

Jeudi 4 août, l’UNP-Lyon à rencontré à Vichy la grande famille parachutiste

Chaque été, Vichy redevient la capitale du parachutisme. Près de 300 compétiteurs, hommes et femmes, civils et militaires, tous de la grande famille des parachutistes, se sont retrouvés du 30 juillet au 7 août pour participer au 59ème championnat de France de parachutisme sportif. La quasi totalité des disciplines sous voile – voile contact, précision d’atterrissage, vol ascensionnel – et de chute libre – vol relatif, freestyle, voltige, …- était représentée.

20160804_123137
Les compétiteurs appartiennent à des écoles de parachutisme civiles qui existent dans toute la France, à l’Ecole des Troupes Aéroportées, au Centre National des Sports de la Défense, anciennement « Bataillon de Joinville », à la Base 123 d’Orléans,… Si beaucoup de ces militaires sont engagés dans des régiments parachutistes, d’autres ne sont pas porteurs de la « plaque à vélo ». L’Armée de l’Air a constitué une équipe d’une quinzaine de personnes qui sont les ambassadeurs de cette armée « au même titre que la patrouille de France, l’équipe de voltige, la Musique de l’Armée de l’Air ou les Peintres de l’Air et de l’Espace » explique le lieutenant-colonel Fabrice G ., directeur de l’équipe et commando de l’Air, par ailleurs commandant du CASV, Centre Air de Saut en Vol d’Orléans. Composée de parachutistes de tous grades et de toutes spécialités, ils parcourent l’Europe et participent à une quinzaine de championnats et meetings chaque année.
B_20160804_120945Les parachutismes civile et militaire collaborent depuis de nombreuses années, non seulement pour le rapprochement armée-nation ou la mutualisation des besoins, autrement dit la baisse des coûts, mais aussi parce qu’ils partagent les mêmes valeurs, pratiquent l’entraide, contribuent ensemble au renom de notre pays dans les compétitions internationales, et travaillent à l’évolution des matériels, à la formation des moniteurs, etc. « Lorsque j’étais en régiment, nous sommes allés apprendre le maniement des parachutes de type aile, dans un club civil, à Tarbes » témoigne Michel. B, membre de l’UNP de Lyon, venu en spectateur assister à ce championnat.
A noter depuis une intéressante initiative de la Fédération Française de Parachutisme qui ouvre l’accès de ce sport à des handicapés dans le cadre de son plan « Sport Santé ». A l’instar d’autres fédérations sportives, la FFP a formé des moniteurs spécialisés, modifié les équipements et adapté les exercices pour permettre à des handicapés de participer à des sauts en tandem et même à des compétitions comme le Handifly Euro Challenge, la première compétition internationale handisport qui se déroulera à Lille-Bondues (59) du 22 au 25 septembre prochain.
20160804_120800Marie-Claude Feydeau, présidente de la FFP, organisatrice de ce championnat de Vichy-Charmeil, a fait de cet événement une répétition générale pour les prochains championnats du monde qui se dérouleront à Chicago (USA) du 9 au 22 septembre 2016, rêve de voir le parachutisme un jour inscrit parmi les disciplines olympiques. Si ces dernières s’exercent sur la terre et dans l’eau, il leur reste encore à conquérir le ciel. Le baron Pierre de Coubertin y pensait-il lorsqu’il a créé la devise des jeux olympiques modernes « Citius, Altius, Fortius », « plus vite, plus haut, plus fort » ?

Galerie photos.

Sur la présence de l’UNP-Lyon à cette journée, cliquez ici.

« Veni, vedi, Vichy…« : cette journée, vue à la manière de l’Inventaire de Jacques Prevert, dans « Paroles » 1946. Soixante-dixième anniversaire de ce poème…

_________________________________________________________________

Mercredi 13 juillet, le « 14 Juillet » des Lyonnais

Comme à leur habitude, les lyonnais ont eu quelques heures d’avance sur le défilé parisien du 14 juillet en organisant leur cérémonie le 13 juillet en fin d’après-midi, place Lyautey et cours Franklin-Roosevelt.
illustration_SAM_3595
Après une belle prestation de la Musique de l’Infanterie et quelques chants patriotiques, les autorités ont décerné une vingtaine de décorations à des militaires des trois Armées mais également à des gendarmes, policiers et pompiers, sous les applaudissements de la population. Pour ces derniers, chaque attribution était précédée d’une courte présentation des faits justifiant cette distinction. Initiative efficace pour bien faire comprendre à tous que nous sommes protégés en permanence par des professionnels, au péril de leur vie.
Le défilé comprenait des troupes à pied et des matériels : jeunes de la préparation militaire Marine de Lyon, gendarmes, chasseurs alpins du 7è BCA, douaniers, policiers, pompiers, aviateurs du Mont-Verdun, artilleurs du 68è Régiment d’Artillerie d’Afrique de la Valbonne, médecins et secouristes au combat du Régiment Médical de la Valbonne, soldats du 7è Régiment du Matériel de Lyon et des équipes du CIAE. 
SAM_3633Le Centre Interarmées des Actions sur l’Environnement a été créé en 2010 à partir du Groupement interarmées des actions civilo-militaires et du Groupement interarmées des opérations militaires d’influence. La mission des unités du CIAE consiste à mieux faire comprendre et accepter l’action de nos Forces en opération auprès des acteurs locaux et ainsi gagner leur confiance : aide directe aux populations, gestion des chantiers de reconstruction, actions de communication d’influence auprès de la population, des élites et élus locaux, etc. 
illustration_SAM_3648A noter que les douaniers n’avaient pas défilé un 14 juillet depuis 1919. Cette participation inédite, à Lyon, comme le lendemain à Paris, souligne leur engagement dans la lutte contre le terrorisme.

L’Union Nationale des Parachutistes de Lyon étaient présente aux côtés des porte-drapeaux avec une dizaine de paras.

illustration_SAM_3603
Galerie photos
________________________________________________________________

Dimanche 12 juin : cérémonie au Tata Sénégalais, à Chasselay (69)

Les 19 et 20 juin 1940, ignorant que Lyon venait d’être déclarée «ville ouverte», la 3ème Compagnie du 25è Régiment de Tirailleurs Sénégalais et une unité de Légionnaires de la Valbonne affrontèrent l’armée allemande dans Chasselay et ses environs, à 1 contre 100 ; ils perdirent 194 des leurs. Malgré leur courage, ils durent finalement rendre les armes. Les combats s’achevèrent par le massacre à la mitrailleuse des 48 prisonniers d’origine africaine par la division SS Totenkopf, en violation des lois de la guerre. Malgré l’interdiction par l’occupant, les dépouilles furent exhumées et ensevelies dans une nécropole sacrée inaugurée le 8 novembre 1942, le « Tata sénégalais ».
Deux cérémonies se sont déroulées dimanche 12 juin, organisées par Gérard Gay, président de l’Association des Anciens des Troupes coloniales et des Troupes de Marine de Lyon et sa région. La première à la stèle de Montluzin, à Lissieu, la seconde au Tata Sénégalais de Chasselay, nécropole nationale où, après la levée des couleurs, deux prières ont été dites, l’une pour les chrétiens et l’autre pour les musulmans. Les tirailleurs sénégalais regroupent en effet des soldats originaires du Sénégal, du Gabon, du Dahomey, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Soudan,… Des enfants, ceints d’une écharpe bleu-blanc-rouge, ont accompagné les autorités dans la remise des gerbes et lu un succinct historique des Troupes de marine dont le maréchal Lyautey disait : « c’est l’arme de tous les héroïsmes et de toutes les abnégations ».
20160612_110010

20160612_112450
Une dizaine de parachutistes, bérets rouges ou bleus, étaient présents, dont quatre de la section de Lyon de l’UNP, avec deux drapeaux.

Galerie photos
___________________________________________________________
12 juin : « À Givors, vos noms sont désormais gravés. Vous pouvez reposer en paix »

20160611_102059_bassedef

 

 

 

 

 

 

 

Samedi, au cimetière de Givors, un hommage était rendu aux dix givordins morts pour la France en Indochine et en Corée. Sur le monument aux Morts pour la France, une plaque portant leurs noms a été dévoilée. Parmi eux, celui d’Henri Vergnon, parachutiste qui, après l’Indochine, s’était porté volontaire pour se battre en Corée et y avait perdu la vie en août 1952, à l’âge de 23 ans. Jean-François Pelletier, de l’Association Nationale des Anciens et Amis des Forces Françaises de l’ONU du bataillon et Régiment de Corée, a rappelé le contexte politique et militaire de cette guerre oubliée.

Saluons l’opiniâtreté du commandant (er) Roland Segear, secrétaire général de l’Association des Membres de la Légion d’Honneur Décorés au Péril de leur Vie, qui a effectué des recherches et convaincu la municipalité communiste de rendre hommage à ces soldats de Givors.
Roger Dague, du Groupement National Des Combattants d’Indochine T.O.E Et Missions Militaires Extérieures a évoqué l’enfer des camps vietminhs dont moins d’un quart des prisonniers sont revenus.
Jean Laroche, président de l’association, dans son discours a dit combien cet événement était exceptionnel dans une ville tenue par les communistes et rappelé avec courtoisie et franchise quel accueil ceux-ci avaient réservé aux combattants qui revenaient d’Indochine. Mme Christiane Charnay, présidente de l’ Union Fédérale des Associations Françaises d’Anciens Combattants du Rhône et première adjointe au maire de Givors a d’ailleurs reconnu qu’à l’époque les réactions envers ces soldats qui n‘avaient fait qu’obéir aux ordres des politiques, avaient été excessives. Un poème a été lu : « […] Gloire à ceux qui, du Nord jusqu’à la Cochinchine
 ont lutté vaillamment et sans courber l’échine
 Jusqu’à donner leur vie face à l’adversité
 pour sauver l’idéal qui a nom : Liberté « .
Jean Laroche a souhaité que désormais, chaque année, une cérémonie soit organisée en mémoire des Combattants d’Indochine, devant cette plaque, en présence de la population.
Comme en rugby, l’essai a été marqué, il faut le transformer et ce n’est pas gagné. Sur la revue municipale de Givors, en date du 11 juin 2016, l’agenda des événements et cérémonies ne mentionnait qu’un… match de rugby.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA
Une dizaine de parachutistes des sections UNP de Saint-Etienne, Saint-Clair-du-Rhône et  Lyon, dont deux anciens d’Indochine, participaient à cette cérémonie.

Galerie photos
Histoire de France : découvrez quel a été le rôle des communistes français pendant la guerre d’Indochine? 

_____________________________________________________________

8 juin 2016 : Journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine, Lyon 8è

Bel et émouvant hommage aux combattants d’Indochine, ce mercredi, à Lyon, à l’Église de la Trinité, puis au Jardin du Combattant d’Indochine, dans le 8è arrondissement de Lyon.
Au cours de la messe, le père Alphonse Ngaro a exprimé sa joie de se trouver « parmi les anciens qui ont versé leur sueur et leur sang pour la Liberté » et comparé Jésus, celui qui est venu et qui a respecté les lois de son peuple à ceux qui, aujourd’hui, viennent chez nous et ne respectent pas les lois de notre pays…

Duchaine_SAM_8178
L’UNP a répondu « Présent! ».

Edouard Fontaine, du Comité d’Entente Indochine et Jean-Dominique Durand, adjoint au maire de Lyon, ont évoqué la mémoire des combattants et le calvaire de ceux qui ont connu les camps vietminhs, sans oublier de rendre hommage aux troupes du Maroc et du Sénégal qui ont participé à la libération de Lyon et ont suivi leurs chefs en Indochine.

Une douzaine de bérets rouges était présents, parmi lesquels trois anciens d’Indochine. Trois porte-drapeaux de l’UNP de Lyon étaient entourés de huit membres de notre section.
La date de cette Journée nationale d’hommage aux morts pour la France en Indochine est celle du transfert, le 8 juin 1980, de la dépouille du Soldat Inconnu d’Indochine à la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette. La musique de l’Infanterie a soutenu toute cette cérémonie.
Fonds photographique et films sur l’Indochine à l’ECPA.
_________________________________________________________________Dimanche 29 mai : « Ils ne passeront pas », hommage à ceux de Verdun

SAM_3510Le 29 mai 2016 : il y a 100 ans, 98 jours après le début de la bataille de Verdun… étaient réunis autour de la Borne de Verdun, sur la place Carnot, à Lyon, des élus de Lyon derrière leur maire, le gouverneur militaire, le préfet, un peloton de la Base aérienne du Mont-Verdun, la musique de l’Infanterie, de nombreuses associations membres de la FARAC avec leurs drapeaux dont ceux de l’Union Nationale des Parachutistes, des enfants des écoles et collèges,…

SAM_3502
Gérard Colomb, sénateur-maire de Lyon : « La bataille de Verdun , symbole de violence et d’inhumanité, est devenue un symbole de paix et de réconciliation.« 

Gérard Colomb, sénateur-maire et président de la Métropole de Lyon, a confié que son grand-père, comme beaucoup, avait fait Verdun et rappelé comment le symbole de la violence et de l’inhumanité était devenu symbole de la paix et de la réconciliation avec notre voisin allemand, puis élargi son propos sur la nécessité de construire une Europe forte pour faire jeu égal avec les plus grandes puissances.
Lecture a été faite du message de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire qui nous informait qu’au même moment, loin de Lyon, à Verdun, le Président de la République française et la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne honoraient sur le champ de bataille les soldats et les civils dont la bataille a brisé les destins et inauguraient ensemble le Mémorial de Verdun.

SAM_3483
Robert Batailly : « Toutes les 26 secondes, un soldat français ou allemand tombait foudroyé par l’artillerie ou les balles, était blessé ou disparaissait à jamais« .

Robert Batailly, président de « Ceux de Verdun, leurs descendants et leur amis » a retracé ce que fut la bataille de Verdun, expliqué que le Soldat Inconnu avait été choisi parmi les anonymes de la nécropole de Verdun et appelé à la réflexion : « il est normal que les vivants ferment les yeux des morts. Aujourd’hui, les morts ouvrent les yeux des vivants… » A nous de comprendre le message qu’ils nous transmettent !

Galerie photos

______________________________________________________________

Samedi 30 avril : Jacqueline Domergue, IPSA et parachutiste, a donné son nom à une rue de Bron (69)

Le maire de Bron, accompagné d’élus de la Région, de la Métropole et de Michel Delpuech, préfet du Rhône, présentait samedi 30 avril à une nombreuse assistance les réalisations urbaines du quartier de la Caravelle et inaugurait les deux rues Suzanne Melk et Jacqueline Domergue, « deux femmes, pour une plus juste parité ». La première est une ambulancière, résistante, pilote d’avion et de planeur, décédée en 1951. La seconde était infirmière, pilote et Convoyeuse de l’Air. Elle avait participé aux guerres d’Indochine – deux séjours, dont Dien Bien Phu aux côtés de Geneviève de Galard en 1954 – et aux « opérations de maintien de l’ordre » en Algérie. Le 29 novembre 1957, “Jaïc” Domergue, 33 ans, était mortellement blessée lors d’une évacuation sanitaire par hélicoptère H.34 au sud d’Alger, à Arba. Elle avait effectué 3400 heures de vol dont plus de 160 en 31 missions opérationnelles. Sachant ce que doivent les parachutistes à ces femmes courageuses que sont les Convoyeuses de l’Air, l’Union Nationale des Parachutistes de Lyon se devait d’honorer Jacqueline Domergue, décorée de la Croix de Guerre TOE avec citation à l’Ordre de l’Armée de l’Air, de la Médaille d’Honneur du Service de Santé de l’Air en or et Chevalier de la Légion d’Honneur. La presse la surnommera « l’infirmière du ciel ».
jaic1Elle était aussi championne féminine de saut en parachute à ouverture retardée en 1955, spécialiste des figures et moniteur de parachutisme. La présence de trois parachutistes avec leur drapeau a été très appréciée de Jean Domergue, frère de Jacqueline, de Brigitte Domergue, sa nièce et d’Arlette Savoy et Monique Chavanne, toutes deux anciennes Convoyeuses de l’Air. Jacques Baillet et Yves Laurençot, de la Société Lyonnaise d’Histoire de l’Aviation, à l’origine du nom de cette rue, ont remercié l’UNP pour sa participation à cet événement.   

SAM_3220
De gauche à droite : Jean-Michel Boyet, Monique Chavanne et Arlette Savoy, anciennes Convoyeuses de l’Air, Patrick Rolland, vice-président UNP-Lyon, Michel Benoit, porte-drapeau de la Fédération des Blessés Multiples et Invalides de Guerre, Jean Domergue, frère de Jacqueline, Brigitte Domergue, sa nièce.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

____________________________________________________________

Jeudi 28 avril : les paras entrent dans l’histoire de Lyon…

Un exercice difficile attendait les deux guides bénévoles, Philippe Valode et le colonel (er) André Mudler qui ont présenté le Musée d’Histoire Militaire de Lyon à une douzaine de membres de la section locale Union Nationale des Parachutistes ce jeudi 28 avril. Comment en effet brosser en deux heures une histoire régionale fort riche, de l’antiquité gallo-romaine au 3 septembre 1944, jour de la libération de Lyon ? Comment apporter à chacun un complément de connaissances sans oublier les anecdotes qui séduisent le public ? Comment resituer l’histoire de Lyon dans le contexte plus large de l’histoire de France et de l’Europe ? Comment évoquer à la fois les aspects historiques, économiques, sociaux, techniques, militaires en si peu de temps… au pas des Chasseurs Alpins ? Nos guides s’en sont fort bien sortis et chaque visiteur espère désormais revenir visiter individuellement cet intéressant musée… au pas Légion.P1060891Parmi les pièces récentes montrées au public, notons quelques belles affiches de la Grande Guerre, parmi lesquelles un appel de Guignol «  Vidons nos bas ! Nos picaillons peuvent sauver nos gônes ! », une panoplie d’aumônier, avec autel portatif et chasuble réversible… et un buste du général Bigeard réalisé par un sculpteur de Lentilly (69).

 

10-012---87cd4Le fonds du musée a été constitué dès l’origine par des dons de particuliers : carnets de souvenirs, manuscrits, photographies, pièces d’uniformes, maquettes, affiches, tableaux et sculptures, armes anciennes, mannequins, etc. L’équipe du Musée, créé en 1980 par le général Allemane, alors président de la FARAC, accueille tous les particuliers qui souhaitent donner une seconde vie à ces souvenirs trop souvent abandonnés au fond d’une malle. Et si certains visiteurs souhaitent partager leur passion pour l’histoire, ils peuvent se proposer comme guides bénévoles, au sein de l’Association des Amis du Musée d’Histoire Militaire de Lyon.
Le Musée, hébergé par la Base de Défense de Lyon, est ouvert aux groupes et aux visiteurs individuels sur rendez-vous. Les visiteurs doivent présenter leur carte d’identité au poste de contrôle en échange d’un badge car le Musée est situé à l’intérieur de l’enceinte sécurisée du quartier Général Frère. Les responsables des groupes de visiteurs communiqueront à l’avance la liste des participants.
Adresse : MHML. Bât.025. 22, avenue Leclerc, 69007 Lyon. 
Permanence téléphonique au 04 37 27 21 97: mercredi et jeudi, de 9h30 à 11h30 et de 14h30 à 16h30. Visite guidée : 5,00 €. Forfait visite + déjeuner au mess : 25,00 €.
Galerie photos
____________________________________________________________

Dimanche 10 avril : hommage à des héros de l’aviation

L’Union Régionale des Associations Aéronautiques, présidée par le Général de Corps d’Armée (2S) Alain Perrollaz, rendait hommage cette année à une Infirmière Pilote Secouriste de l’Air de la région Auvergne Rhône-Alpes et célébrait le centenaire de l’escadrille SPA 62. Une messe à Saint-Bonaventure avait précédé cette cérémonie qui s’est déroulée place Bellecour, à Lyon.
SAM_3173rec062b
L’escadrille SPA 62 a été créée à Lyon-Bron en août 1915. Avec ses 75 victoires, elle a été l’escadrille la plus décorée de la guerre 14-18 au prix de lourds sacrifices puisqu’en octobre 1917, il ne restait plus aucun survivant des équipages engagés en 1914. Les emblème et tradition de cette escadrille ont été repris par la 3è escadre de chasse, EC 1/3 Navarre, basée à Nancy, représentée à cette cérémonie par le capitaine «PYL», de retour du Moyen-Orient. Ce pilote de Mirage 2000 est breveté parachutiste comme tous les pilotes de l’Armée de l’Air.
L Herbier MontagnonGermaine l’Herbier Montagnon était une IPSA engagée dès avril 1940 dans la recherche des aviateurs disparus pendant la seconde guerre mondiale. De 1940 à 1944, avec l’aide de la Croix Rouge et un laissez-passer allemand, elle a parcouru les différents théâtres d’opérations pour recueillir les témoignages de combats aériens et d’avions abattus, pour identifier les sépultures d’aviateurs français de la « Bataille de France », pour retrouver les aviateurs prisonniers qu’elle appelait les « aigles en cage », missions qui ont été prolongées jusqu’en 1948, du nord de l’Allemagne à l’Italie. Germaine l’Herbier Montagnon était brevetée parachutiste, chevalier de la Légion d’Honneur et détentrice de l’Ordre de l’Empire Britannique. Elle est décédée à Tournon-sur-Rhône en 1986.
La section de Lyon de l’UNP-CLI était représentée à cette cérémonie par son vice-président et Michel B., porte-drapeau.
Galerie photos
_________________________________________________________________Samedi 26 mars 2016, Rillieux-la-Pape : les paras rejoignent les Hmongs…

Ce samedi 26 mars était dévoilée au parc Brosset, à Rillieux-Village, près de Lyon, une stèle en hommage aux peuples Hmong et Taï qui se sont battus aux côtés des troupes françaises en Indochine, contre le japonais, les chinois et le Vietminh…avant de continuer le combat, alliés des américains.

Paras autour Hmong
Les paras entourent Tsa Seng Tcha, ancien combattant Hmong des guerres d’Indochine et du Vietnam.

Avec la fin de la guerre, plusieurs milliers de Hmongs et de Taïs ont émigré en Métropole et en Guyane française, en Australie et aux Etats-Unis. De nombreuses délégations venues du sud de la France étaient présentes, souvent en habits traditionnels des Hmongs verts et et blancs. La région Rhône-Alpes-Auvergne a accueilli une communauté de 4000 Hmongs et Thaïs et la seule ville de Rillieux-la-Pape 74 failles Hmong et 60 familles Taï.Il est étonnant de constater que cette population s’est parfaitement intégrée, « avec discrétion, en adoptant les valeurs de la France, en faisant accéder ses enfants aux plus hauts postes, à force de travail » dira l’un des officiels dans son discours « et cela sans pour autant renier sa langue, ses coutumes et sa religion ». La présence d’un drapeau français porté par une jeune Hmong nous a fait chaud au coeur.Les paras de l’UNP étaient nombreux à cette cérémonie, venant de Lyon, de Montpellier, de Paris, avec la présence du parachutiste Van Yang, initiateur de cet événement, auquel ont aussi participé le Souvenir Français, l’AFAC, l’ACUF, l’UNP, la FACS en la personne du Général (2S) Beauchesne, son Président.Une exposition d’habits traditionnels et d’objets des cultures Hmong et Thaï, une exposition du peintre Hmong Sébastien Vang et un vin d’honneur franco-asiatique ont clôturé cette après-midi emplie de ferveur et d’émotion.

saluts2
Van Yang, Président du Centre Hmong Archives et Recherche (CHAR) , également membre de l’ UNP Paris, Alexandre Vincendet, maire de Rillieux-la-Pape, le Général (2S) Jean-Pierre Beauchesne, Président de la Fédération Nationale des Anciens Combattants résidant hors de France (FACS).           Galerie photos

En savoir plus sur l’histoire des Hmong et sur la Journée de Commémoration Hmong du 19 octobre 2014, à Paris.
_________________________________________________________________
Samedi 13 janvier, à Aix-les-Bains : hommage au général Bigeard

Quatre paras de l’UNP de Lyon, dont un porte-drapeau, ont participé à l’hommage au général Marcel Bigeard, décédé le 18 juin 2010. Il s’est déroulé à Aix-les-Bains au square … Marcel Bigeard, inauguré le 23 juin 2012. Cette cérémonie était organisée par la section UNP de Savoie, les Allobroges. Une soixantaine de paras des sections de l’Isère, de Savoie, du pays de Gex , de l’Ardèche et de Lyon ont bravé la pluie pour rendre cet hommage à un homme qui est un exemple de l’officier et du patriote français.
Ont suivi cette cérémonie un vin d’honneur offert par la Municipalité et un repas de cohésion, au restaurant du Boulodrome.
Numéro spécial de « Debout les Paras » sur Bigeard, à commander à la Boutique

20160213_105354_resized.jpg

Inauguration
Inauguration de la stèle du Général Marcel Bigard le 23 juin 2012, à Aix-les-Bains

_________________________________________________________________
Dimanche 7 février : messe de la Légion Etrangère

Une demi-douzaine de paras de l’UNP-CLI Lyon dont trois de nos porte-drapeaux étaient présents aux côtés de leurs frères d’armes, les légionnaires de l’Amicale des Anciens de La Légion Etrangère dont le Général (2s) René Mascaro est président. Une citation de la lettre de Saint Paul apôtre aux Corinthiens faisait écho aux Légionnaires récemment décédés, dont plusieurs légionnaires du 17è Régiment de Génie Légion, suite à une avalanche dans les Alpes :  » La plupart sont encore vivants et quelques uns sont endormis dans la mort » (chapitre 15, verset 6).
Notre section se fait un devoir de participer aux messes des associations d’anciens combattants et des amicales afin de ne pas laisser l’espace religieux… à d’autres et ne pas se laisser aller « au sommeil du désespoir et de l’indifférence » comme l’a souligné le curé de Saint Bonaventure qui célébrait cette messe. 
Rendez-vous est pris pour la célébration de Camerone, le 23 avril au quartier Général Frère, à Lyon, à 11H00.SAM_2963Le général de Gendarmerie Christian Dupouy et le général (2S) René Mascaro, président de l’AALE et membre de l’UNP-Lyon, saluent les Légionnaires à l’issue de la messe (photo P. Rolland).
__________________________________________________
Samedi 23 janvier : une Assemblée Générale dynamique

La 48ème Assemblée Générale de la section UNP-CLI de Lyon a été dynamisée par la présence de près de 70% de ses adhérents, les bons résultats de l’année et la qualité des interventions et des annonces. Et peut-être aussi par l’optimisme de son président, Claude Sauze, qui a annoncé que 2016 serait sa dernière année à la tête de la section mais qu’un successeur était sur les rails.
Marie-Claude Marty, secrétaire, a rappelé la forte implication de la section dans les cérémonies à Lyon et sa région avec une trentaine de sorties en 2015. Son rapport administratif a été adopté à l’unanimité.
Robert Bourgeois, trésorier, a présenté le rapport financier de la section, adopté à l’unanimité.
Robert Molina a présenté le bilan du « Bulletin », véritable lien avec nos adhérents qui n’ont pas l’informatique ou dont la santé ne leur permet pas de participer à toutes nos réunions mensuelles, sorties ou cérémonies.
Patrick Rolland a présenté sa candidature au Bureau et rappelé son parcours militaire et sa carrière civile avant de présenter le nouveau site internet de l’UNP-Lyon, qui est la 31ème section UNP à se doter de cet important outil, indispensable pour séduire les jeunes et faire exister l’UNP auprès de tous ses interlocuteurs extérieurs.
Gilles Marand, président de la section UNP de l’Ain-Bugey, a évoqué l’Entraide Parachutiste qui verse chaque année plus de 100000 € à des parachutistes anciens ou en activité traversant une passe difficile.
Louis Vincent, du Bureau de la section, a lu le courrier adressé au Président de la République par le Président National de l’UNP au sujet de la Légion d’Honneur, décernée à profusion ces derniers temps tandis que nos soldats morts pour la France en OPEX sont souvent oubliés des politiques.
Le général (2S) François Mestrallet, Président de l’Association Nationale des Officiers de Carrière et de Réserve, a rappelé que son association était représentative tant auprès des députés que du Sénat. Il a donné quelques dates de prochaines conférences mensuelles axées sur la Défense et l’Histoire.
Le Colonel André Mudler, secrétaire de la Fédération des Amicales Régimentaires et d’Anciens Combattants, a rappelé le poids et donc la représentativité auprès de la métropole lyonnaise de cette fédération qui rassemble 73 associations totalisant 16000 adhérents.
Claude Sauze, en guise de rapport moral, a relu l’un de ses éditoriaux prémonitoires qui a mis en évidence la distance qui sépare les citoyens et leurs dirigeants dans la lutte contre la barbarie et le terrorisme. Le rapport a été adopté à l’unanimité.
Le général Mascaro, membre de l’UNP-Lyon nous a invité à réfléchir sur le sens du mot culture dans notre civilisation. La culture n’est pas la connaissance intellectuelle mais l’ensemble des comportements, des croyances, des perceptions sédimentées au cours du temps et partagées par un peuple au destin commun.
Le repas, au mess, a confirmé la cohésion de notre section, soutenue par des chants de tradition.

SAM_4896
Plus de 70% des adhérents étaient présents.SAM_4949

____________________________________________________
Vendredi 22 janvier 2016 : déjeuner en l’honneur des porte-drapeaux de Lyon et sa région

Jean-Dominique Durand – adjoint au Maire et délégué au Patrimoine, à la Mémoire et aux Anciens Combattants – recevait le 23 janvier plus de trois cent porte-drapeaux et responsables d’associations d’Anciens Combattants dans les prestigieux salons de l’hôtel de ville de Lyon.
Il a remercié ces bénévoles qui, par tous les temps, souvent debout de longues heures, bénévolement et par conviction, sont présents dans de très nombreuses cérémonies afin de rendre hommage aux Soldats Morts pour la France.
Il a aussi évoqué les trois défis qui se posent aujourd’hui à nos dirigeants :

  • connaître notre passé
  • renforcer la cohésion nationale, en citant Ernest Renan 
  • affirmer le bien commun et nos valeurs : démocratie, fraternité, liberté… et vivre ensemble.

Les moyens pour y parvenir ?

  • les commémorations, « un moyen de prévenir ce qui peut arriver et un acte indispensable, non un simple acte rituel et dépassé »
  • l’enseignement scolaire, avec l’organisation de visites des hauts-lieux « non de propagande, mais d’histoire» , les rencontres avec des  témoins, le Concours de la Résistance, etc
  • la connaissance de notre culture et de notre histoire « pour contrer les tentative de déstabilisation de nos convictions»

« Le temps est à la mobilisation et je compte sur vous tous » a-t-il conclu après avoir évoqué les nombreux événements et manifestations qui seront organisés à Lyon en 2016.

SAM_2884 - recadre

L’UNP-CLI Lyon était représentée par Noël Grangeon, porte-drapeau de l’UNP, Michel Benoit, porte-drapeau des Blessés Multiples et Impotents de Guerre et Patrick Rolland, membre du Bureau. La section compte trois autres porte-drapeaux : Maurice Blaiseau, Gérard Bourgeois et Charles Pedoussaud.
__________________________________________________________________
L’UNP-CLI de Lyon a participé à la pierre tombale du Père Delarue

Grâce à une vaste souscription à laquelle a participé l’Union Nationale des Parachutistes, une plaque a pu être posée sur la tombe du Padre Delarue, ancien aumônier parachutiste en Indochine et en Algérie. Une trentaine de parachutistes et légionnaires sont venus lui rendre hommage le samedi 21 novembre, d’abord au cours d’une messe servie par le Père Lallemand à la chapelle de l’Institution des Invalides de la Légion Etrangère, puis au cimentière de Puyloubier, au Carré Légion.
Pour plus d’information, contactez Laurent Cazaumayou : dardaia@orange.fr.

tombe Père Delarue
____________________________________________________
Brindas : 5 décembre 2015
Invités par Frédéric JEAN,  maire de Brindas depuis octobre 2014, une petite délégation de l’UNP a participé samedi après-midi à la cérémonie d’hommage aux morts de la guerre d’Algérie et des combats en Tunisie et au Maroc. Le vin d’honneur qui a suivi était animée par le choeur « La Joyeuse Garde« , très au fait des chants paras. Article 5 décembre Brindas

SAM_2856_____________________________________________________
5 décembre : journée nationale d’hommage aux « Morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie
Les paras de l’UNP de Lyon étaient nombreux – plus de 25 – à cette journée du 5 décembre, journée nationale d’hommage aux « Morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie. 97 drapeaux étaient présents. Cette cérémonie se déroulait au parc de Parilly, à Bron.

Parilly_____________________________________________________
Colonel COTTE… Sa vie ne fût que service
Quelques parachutistes de l’UNP-Lyon et leur porte-drapeau étaient présents, aux côtés de légionnaires, mardi 1er décembre 2015 aux obsèques du colonel Bernard Cotte, 83 ans.
Sorti de Saint-Cyr en 1952, promotion « Extrême-Orient », cet officier a connu l’Indochine, l’Algérie, la Tunisie,… Au cours de ses 37 ans de carrière, dont 16 ans dans la Légion Etrangère, il a été décoré de la Légion d’Honneur, de l’Ordre du Mérite et de la Valeur Militaire, avec trois citations.
Depuis 1989, il s’était consacré à de nombreuses associations lyonnaises, dont « les Enfants du Mékong », « Péniche Accueil », « Notre-Dame des Sans Abris » et l’Amicale de la Légion Etrangère, dont il était le vice-président.
« On doit tout donner quand on a eu la chance de recevoir » disait-il.

Obsequyes SCOTTE.jpg_____________________________________________________
Mardi 17 novembre 2015 : Conférence sur le 13è RDP

Invité par le Général (2S) Mestrallet, président de l’ANOCR, le général de division (2S) Georges Lebel donnait mardi 17 novembre au Quartier Général Frère une conférence sur «  le 13è régiment de dragons, de la cavalerie aux forces spéciales ».

081202j-010
Le Général de Division (2S) Georges Lebel, ancien chef de corps du 13è RDP, en 1995.

Près d’un tiers de l’auditoire était constitué d’anciens parachutistes, dont une dizaine de l’UNP de Lyon et de l’Ain. Georges Lebel est Président de l’Amicale des Anciens du 13è RDP. 

ob_f24b5d_p1140151
Une dizaine de paras de l’UNP de Lyon et de l’Ain étaient présents, dont des anciens du 13è RDP ainsi que des membres d’amicales régimentaires.

_____________________________________________________
Dimanche 15 novembre 2015 : cérémonie au cimetière allemand de Dagneux… moins de 2 jours après les attentats de Paris

Cette année , trois paras, tous de l’UNP de Lyon, étaient présents à cette émouvante cérémonie annuelle, au cimetière allemand de Dagneux (Ain). Las, la délégation d’anciens combattants allemands avait reçu la consigne de se mettre en tenue civile. Comme l’a dit l’un des participants allemands « c’est un bien mauvais signal donné aux terroristes ».
Une cérémonie avait eu lieu auparavant à la nécropole de la Doua, à Villeurbanne.

SAM_2774

De gauche à droite, Gérard Bourgeois, un parachutiste allemand, officier de réserve, et Patrick Rolland.
_____________________________________________________
Mercredi 11 novembre 2015, au parc de la la Tête d’Or
Notre porte-drapeau, Noël Grangeon et quatre autres membres de notre section étaient présents mais, eux, dans la tribune des invités.
SAM_2764 SAM_2769

____________________________________________________
Mardi 10 novembre : le 11 novembre de Villeurbanne
L’UNP était présente avec son porte drapeau et l’un de ses tout récents adhérents. Bien difficile  de se faire remarquer ainsi.
SAM_2756 SAM_2758____________________________________________________
Samedi 24 octobre. Commémoration « Drakkar », à Pont-de-Cheruy
En ce samedi 24 octobre, comme de tradition depuis plusieurs années, l’attentat du « Drakkar », Beyrouth 23 octobre 1983, a été commémoré à Pont-de-Cheruy (Isère) où les paras de l’UNP de l’Ain, du Rhône et de l’Isère s’étaient donnés rendez-vous. Michel Ardon, Vice Président de la section de l’Ain et ancien du 1er RCP, a rappelé les circonstances du drame du 23 octobre 1983 à Beyrouth et les noms de tous les parachutistes des 1er et 9è RCP déclarés Morts pour la France ont été clamés.
Rappels historiques : en 1983
• Le chef de l’Etat s’est rendu au Liban pour assister à la levée des corps.
• Le 2 novembre, dans la Cour des Invalides, devant les plus hautes autorités militaires, civiles et religieuses, toutes tendances confondues, les honneurs ont été rendus à nos soldats, au cours d’une cérémonie émouvante.
• Le 29 octobre déjà, les associations d’anciens combattants avaient rendu hommage aux morts du Liban, à l’Arc de Triomphe.
• Après cet hommage solennel de la France, c’est à Pau, où est basée l’Ecole des troupes aéroportées (ETAP) qu’ont eu lieu, le mardi 8 novembre 1983, en présence du ministre de la Défense, les obsèques solennelles.
• Immédiatement après les cérémonies militaires et religieuses, plus d’une centaine de jeunes appelés du 1er R.C.P. se sont envolés vers Beyrouth. Ils s’étaient tous portés volontaires après la nouvelle de l’attentat.

ob_17f254_p1140025ob_cda7a0_p1140038

_____________________________________________________

Samedi 24 octobre : souvenir du 5è RMCP à Sathonay-Camp
Dans le cadre du 70è anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale, l’UNP Lyon était représentée à la commémoration du 5è Régiment de Chasseurs Parachutistes, régiment éphémère créé et basé à Sathonay-Camp en 1945, avant d’être dissout. Nous répondions à l’invitation du  Colonel André Mudler, Président de l’Amicale Royal Deux-Ponts, 99è et 299è RI. Le Royal Deux-Ponts s’est illustré pendant la guerre d’indépendance américaine, en 1781-1782, dans le corps expéditionnaire de Rochambeau. Trois « reconstitueurs » ont contribué à évoquer la libération de la France.

SAM_2712
A droite, Patrick Rolland, tout dernier adhérent de notre section et Claude Sauze, son président.

_____________________________________________________
Saint Michel 2015
La section Lyon-CLI de l’Union Nationale des Parachutistes organisait dimanche 4 octobre une Saint Michel originale avec une messe du souvenir en l’église de la Rédemption de Lyon , puis un repas de cohésion dans la crypte située sous l’église. Une délégation de la section de l’Ain était invitée.

Saint Michel 2015 section UNP LYON-CLI
______________________________________________________
30 mai 2015 : au parc de la Tête d’Or, à Lyon, cérémonie en souvenir du «Drakkar», (Beyrouth 23 octobre 1983)
Samedi 30 mai, pendant le Festival mondial des Roses de Lyon, une cérémonie était organisée sur l’île du Souvenir, dans le parc de la Tête d’Or, à Lyon, en hommage à la compagnie de casques bleus du 1er RCP décimée à Beyrouth.
Etaient présents les familles des disparus, le gouverneur de Lyon, le général Chavancy, des rescapés du Drakkar, anciens du 1er RCP, des membres de la Fédération Nationale des Anciens des Missions Extérieures et son président, un détachement de l’Union Nationale Parachutiste de l’Ain et de Lyon, une section de chasseurs alpins, … La famille du capitaine Jacky Thomas, du 1er RCP, était représentée par Patrick Rolland, condisciple de Jacky au Prytanée Militaire de la Flèche et membre de l’UNP de l’Ain. Le rosiériste lyonnais Pierre Meilland-Richardet, ami d’enfance de Vincent Carrara dont la section 010 Ain UNP porte le nom, avait baptisé une nouvelle variété de roses du nom «Drakkar».Drakkar (6)Membres des sections de l’Ain et de Lyon et OPEX membres de la FNAME unis pour rendre hommage au Capitaine Jacky THOMAS, tué lors de l’attentat contre le Drakkar.
______________________________________________________
Août 2015 : voyage à la Garde-Adhéra pour l’anniversaire de la mort d’Hélie Denoix de Saint Marc. 
Une vingtaine de paras des sections de Lyon et de Drôme-Ardèche ont effectué un pèlerinage sur la tombe de leur ancien, officier parachutiste en Indochine et en Algérie, décédé le 26 août 2013. Claude Sauze, au nom de l’UNP-CLI-Lyon, a déposé une plaque sur sa tombe. Christian Piquemal, président national de l’UNP, était présent.

______________________________________________________

25 octobre 2014 :  commémoration « Drakkar », à Pont-de-Cheruy

 « Ils ne seront pas morts tant qu’on pensera à eux. »
Comme d’habitude c’est à Pont-de-Chéruy, commune de l’Isère, près de Lyon qu’eut lieu la cérémonie en mémoire des morts de l’attentat du 23 octobre 1983 à Beyrouth qui détruisit l’immeuble de huit étages « le Drakkar », et où 59 parachutistes français soldats de la Paix, trouvèrent la mort.
Cette 31e édition a bénéficié d’un samedi après-midi éclatant, comme si le ciel aussi voulait rendre hommage à ces soldats.
Trente-trois drapeaux issus du monde combattant avaient fait le déplacement, dont les notres, à savoir le drapeau de la section de Lyon UNP/CLI, etcelui du CLI, et trente-trois parachutistes étaient présents, parmis d’autres délégations d’anciens combattants.
Après la mise en place, ce fut l’énoncé des noms des morts un à un, suivi des dépôts de gerbes par les différentes personnalités présentes.
La minute de silence terminée, le maire de Pont-de-Chéruy, Alain Tuduri prit la parole, évoqua les soldats de la paix, et sans langue de bois, parla de la situation grave, avec le chantage perpétuel, les actes de barbarie, mais aussi la nécessité d’être vigilant, si nous voulions défendre les valeurs occidentales, en un mot notre civilisation, n’en déplaise aux humanistes de tous bords. Après que les officiels aient salué les porte-drapeaux, l’orchestre harmonique de la commune « l’Éolienne », interpréta « La prière du Para », puis « La Marseillaise ». La cérémonie terminée, comme ils étaient arrivés, au pas et en rang, les « Paras » rejoignirent le point de dislocation en chantant deux de nos chansons traditionnelles.
R. Molina

_____________________________________________________
30 août 2013 : obsèques du Commandant Hélie Denoix de Saint Marc

Notre section était présente à cette cérémonie émouvante.
Obsèques, à Lyon   Reportage de Lyon People
______________________________________________________
logo UNP

Dimanche 17 octobre 2011 : Saint-Michel à Brullioles

Le dimanche 17 octobre 2010 Les paras de la section U N P / C L I de Lyon , accompagnés de leurs familles et amis, étaient nombreux à venir fêter St MICHEL, leur Saint Patron, chez leur Ami / Para – André CALLAERT – ancien du 3ième RPIMa – et qui tient l’Auberge du PITAVAL, à BRULLIOLES.
Le Général LESCEL – président de la FARAC ; le Général MASCARO – président de l’Amicale de la Légion Etrangère ; le Colonel André MUDLER – secrétaire général de la FARAC, A. GREGOIRE – président A R P V , nous firent l’honneur d’assister à notre cérémonie.
Une Messe célébrée par le Père Jean-Sébastien TULOUP – fils d’un de nos adhérents – dont l’Homélie fut remarquable ; messe précédée du discours du président Sauze qui rendit hommage au grand Para que fut le Général Marcel BIGEARD, décédé en Juin 2010.
Les Paras se rendirent ensuite au Monument aux Morts, chantant « Debout les Paras », affrontant froid et pluie en ce début d’automne. Ici la cérémonie se partagea en trois temps forts sous la présidence du Maire de BRULLIOLES – Pascal FICHET.
* Remise d’une Médaille d’ Honneur à Manuel CARVALHO pour ses 45 ans de fidélité UNP.
* Puis ce fut l’éloge du Général BIGEARD , par notre adhérent – Maurice BONNIN- ancien du 3eme R P C de 56 à 58.
* Et la remise officielle du nouveau drapeau de la Section par le Général de Division François LESCEL – président de la FARAC.
Beaucoup d’émotions contenues lors de cette cérémonie qui se déroula sous la pluie et dont les discours du Général LESCEL , de Mr FICHET – Maire de BRULLIOLES, suivis du dépôt des gerbes – de la Sonnerie aux Morts et de la Marseillaise chantée par tous, vinrent terminer cette Commémoration de notre St MICHEL.
R. MOLINA

____________________________________________________
Juillet 2011: sortie AMRV-Vercors
______________________________________________________
logo UNP
11 et 12juin 2011 : Congrès National UNP à Montauban 
______________________________________________________
logo UNP
Juin 2011: sortie champêtre
à l’Auberge de Pitaval, à Brullioles

______________________________________________________
logo UNP
4 mai 2011: concours de tir au stand USTS de Bron


______________________________________________________
30 avril 2011 : commémoration de Camerone
______________________________________________________

 

 

 

Publicités