Entraide

Ce site cessera d’émettre le 31 octobre 2017

Après délibération, le Bureau de la section de Lyon de l’Union Nationale des Parachutistes a décidé le 12 septembre 2017 la fermeture de son site internet. Cette fermeture sera effective à la fin de ce mois d’octobre 2017.
Pour vous informer en ligne sur la vie des sections locales voisines et plus généralement sur le monde parachutiste militaire, vous pouvez vous rendre sur les sites suivants :
Section de l’Ain : http://unp-ain-bugey.over-blog.com
Section de la Haute-Savoie : http://www.unp74.org
Section des Allobroges : https://unplesallobroges.wordpress.com

Et, bien entendu, sur le site national : http://union-nat-parachutistes.org

Section de Lyon. Contact : Jocelyn GOMEZ , secrétaire de section par intérim. gomez.jocelyn@orange.fr . Tél : 06 12 09 02 26

_____________________________________________________________________
Mise à jour le 20/12/2016

Parution du bulletin de l’Entraide Parachutiste de décembre 2016.

Entraide-para-journal-n12-decembre-2016 . Les adhérents de l’UNP sont invités à adresser leurs chèque à l’ordre de l’Entraide Parachutiste mais via leur section, voire via l’UNP Nationale. Ils recevront leur attestation fiscale de la même façon mais il sera ainsi plus facile de mesurer le soutien apporté par l’Union Nationale des Parachutistes.

P_DSCN7077
Congrès UNP 2016, à Annecy. D’une façon ou d’une autre, tout est fait pour que nos anciens puissent participer à nos congrès et nos cérémonies les plus importantes.

PRD_SAM_3442
__________________________________________
Septembre 2016 : Remy Boullé, un commando de l’air aux jeux paralympiques à Rio

ob_b7ff2e_14202638-1066628336758977-204974957488Souvenez-vous, au congrès 2015 de l’Union Nationale des Parachutistes, à Toulouse, le Président National de l’UNP remettait via l’aspirant B. du commando parachutiste de l’Air N° 20, un chèque de 3000 € pour venir en aide au caporal chef Rémy Boullé du CPA 20, gravement blessé en accident de saut.
Son engagement dans cette unité très spéciale l’a amené à participer à des opérations en Afghanistan, au Mali, au Niger ou encore au Tchad, jusqu’à son tragique accident de saut du 4 septembre 2014, à l’âge de 28 ans qui l’a laissé paraplégique. Son parachute principal ne s’était pas ouvert et le ventral s’était pris dans les suspentes du dorsal. Conduit par hélicoptère à l’hôpital de Grenoble, il a été ensuite transféré à l’hôpital militaire de Paris où il est y resté un an.
A l’hôpital, au cours d’une des innombrables séances de rééducation, il découvre une revue qui traite des jeux paralympiques et qui annonce l’apparition des épreuves de canoë kayak à Rio en 2016. Dans sa jeunesse il avait pratiqué le canoë kayak au club local de Cloyes-sur-le-Loir, parvenant à se hisser à la première place en départemental et en régional.
Dès mars 2015, il s’inscrit au club d’Orléans et s’entraine durement, sous les conseils du sélectionneur de l’équipe de France. Très rapidement il fait les premières compétions et termine premier du championnat régional, premier du championnat de France de vitesse, et  8è du championnat du monde en Allemagne, en KL1 200 mètres.
ob_df3069_2827834Il s’est envolé pour Rio aujourd’hui vendredi 19 septembre avec pour objectif de remporter une médaille et pourquoi pas l’or? Il disputera les séries en KL1 en vitesse sur 200 mètres le mercredi 14 septembre et nous lui souhaitons d’être présent pour les demi-finales et la finale le jeudi 15 septembre. Tous, les paras de l’UNP de Lyon sont avec toi !


__________________________________________Entraide parachutiste

Entraidex1,7cmLa Fédération Nationale d’Entraide Parachutiste est une association reconnue d’utilité publique. Sa vocation est de venir en aide aux parachutiste militaires français, qu’ils soient en service ou ayant servi dans les troupes aéroportées, aux élèves de la préparation militaire parachutiste ou à leur famille.
Ses objectifs :
FAIRE TOUJOURS PLUS ET MIEUX
• dans la détection des situations difficiles grâce aux relations de confiance avec les régiments, les amicales et les correspondants locaux.
• des grâce à des aides financières justifiées eans le soulagement des détresst appropriées.
AVOIR UNE CAPACITE FINANCIERE POUR
• Réserver un fonds exceptionnel dit « DRAKKAR » pour faire face à un coup dur atteignant l’effectif d’une unité élémentaire
• Etre toujours en mesure d’allouer des aides convenables aux plus démunis
• Financer certaines actions de reconversion.
Site Entraide Parachutiste

Exemples d’entraide : 

Lors de notre congrès UNP d’Annecy, le 20 mai, le général (2S) Thierry Cambournac a annoncé que l’adjudant-chef de M. , blessé en opération, recevra de l’UNP un chèque de 1500 € pour l’aider à régler les charges inhérentes à sa situation.

Grièvement blessé lors d’un saut en parachute, le caporal-chef Rémy B. du commando parachutiste de l’air n°20 (CPA 20) a pu bénéficier d’une aide financière de 3000 euros. Ce chèque lui a été remis à l’occasion du congrès annuel de l’union nationale des parachutistes (UNP) qui s’est tenu les 5 et 6 juin 2015 à Toulouse.

La section de Lyon organise une tombola lors de chaque repas d’Assemblée Générale. 50% des bénéfices sont dévolus à l’Entraide Parachutiste, en plus des dons personnels collectés.

Nous vous rappelons que toutes les dons versés à l’Entraide Parachutiste par le biais de votre section UNP donnent droit à une réduction d’impôt de 66%. Une attestation fiscale vous sera envoyée en temps utile. Il vous suffira de porter la somme indiquée sur votre déclaration d’impôts sous les lettres 7UF, rubrique « Autres dons…. ». Votre Avis d’Impôt » indiquera alors quelques mois plus tard la réduction pratiquée au titre de  « Dons aux oeuvres ».

Exemple de calcul : un don de 50 € vous fera bénéficier d’une réduction d’impôt de 33 € et ne vous coûtera en définitive que 17 €. 

_________________________________________________________________Quel est le rôle de la CABAT : cellule d’aide aux blessés de l’armée de terre ?

_________________________________________________________________Lire le Journal de l’Entraide Para de Juin 2016 journal n°11
_________________________________________________________________

16 avril 2016 : Rendre le Code des Pensions Militaires d’Invalidité compréhensible et le moderniser 

M Benoit
Michel Benoit, UNP-Lyon, entre Joseph Muller et Jean-Claude Lafaye, tout trois de l’Association Rhône-Alpes des Blessés Multiples et Invalides de Guerre

Le samedi 16 avril, l’association Rhône-Alpes des Blessés Multiples et Impotents de Guerre tenait son assemblée générale, à Lyon, sous la présidence du colonel (er) Jean-Christian Lafaye, en présence d’une trentaine d’adhérents sur 153 et de quelques représentants d’associations intéressés, parmi lesquels le vice-président de l’UNP de Lyon.
Au sein du Comité ÉLargi des Grands Invalides de Guerre (CE-GIG) qui regroupe six autres associations*, elle est associée à la refonte du vieux « Code des Pensions Militaires d’Invalidité, des Victimes de la Guerre » (CPMIVG), auquel on a ajouté depuis « et d’actes de terrorisme », en tenant compte des besoins nouveaux liés  au contexte dans lequel nos soldats sont intervenus ou interviennent encore. Ces travaux ont débuté en 2014.
PresentationLe colonel (er) André-Jean Mercorelli, président fédéral des BMIG (et breveté parachutiste), a fait le point d’avancement sur les trente propositions** du CE-GIG dont il a pris la présidence pour dénoncer les dysfonctionnements constatés dans la mise en œuvre du droit à reconnaissance et réparation résultant de ce code de 2013 qui visait à informer et former les interlocuteurs (ONACCVG), sensibiliser aux pensions militaires d’invalidité les futurs officiers et hommes du rang, faciliter la constitution des dossiers, produire un barème et le porter à la connaissance de tous, rendre plus transparente l’expertise par des médecins, élargir la composition des tribunaux de pensions au Monde Combattant, accroître la compétence des intervenants (greffiers, avocats, juges, …), mieux prendre en compte les conjoints survivants, mesurer les indemnisations attribuées, harmoniser les réparations aux militaires et aux civils, faire connaître les jurisprudences, etc. Il a rappelé quel était le bras de fer permanent avec l’Administration, peu encline à intégrer les associations représentatives dans les groupes de réflexion. Le Comité d’Entente, de toute façon, présentera son ordonnance n°2015-1781 du 28/12/2015 devant le Parlement en 2016.
Tout ce travail de bénévoles et de spécialistes est effectué bien entendu au bénéfice de tous et pas seulement pour ses 1300 adhérents, chiffre encore faible compte tenu de la vocation « généraliste » de l’association et des plus de 101.000 militaires concernés par les Pensions Militaires d’Invalidité. « Toutes les associations d’anciens combattants sont concernées par le nouveau code refondu » a conclu Jean-Christian Lafaye en ajoutant « il y a en France aujourd’hui plus de blessés que de soldats en activité. »
Contact avec l’association BMIG :  lafaye69@hotmail.fr tél. 06 62 14 67 34. La cotisation annuelle est de 12,00 € ; elle peut être complétée par un don.

* Fédération des amputés de guerre de France, Union des blessés de la face et de la tête « Gueules cassées », Association des aveugles de guerre, Fédération nationale des blessés multiples et impotents de guerre, association nationale des plus grands invalides de guerre, La voix des blessés médullaires titulaires de l’article L115, Association des mutilés des yeux de guerre.
** voir le texte intégral rédigé par Maître Véronique de TIENDA-JOUHET, Avocat au Barreau de Paris
_______________________________________________
Aider les victimes des stress post-traumatiques

Antenne 2A Beuil, dans les Alpes-Maritimes, une équipe de France 2 a suivi des militaires. ls n’ont pas été blessés physiquement, mais psychiquement. Des blessures invisibles, destructrices. Tous souffrent du syndrome de stress post-traumatique. Ils ont fait l’Afghanistan, le Mali ou la Centrafrique, la guerre les hante. L’armée a imaginé un stage sportif pour construire ces soldats détruits de l’intérieur. Parmi eux Eric, un sergent de 37 ans qui a servi en Afghanistan en 2009. Un jour comme il dit, il est « parti en vrille », il n’avait plus aucune barrière face à la mort. « Ce n’est pas naturel, tu as une accoutumance au risque, à la violence, tu es presque serein en fait », confie le sergent qui a caché son mal pendant des années.

Capture d’écran 2016-04-21 à 20.26.45
UnknownOlivier, 45 ans, a lui aussi essayé de dissimuler sa détresse. Pas facile d’avouer des faiblesses quand on est capitaine dans les forces spéciales. Tous ont beaucoup de mal à parler de leurs traumatismes et cachent même à leurs proches les scènes qui reviennent chaque nuit dans leurs cauchemars. Les nuits d’insomnies, assomment et isolent les militaires. Olivier vit désormais sur le qui-vive comme si le danger était toujours là. « Quand on rentre dans un magasin, je regarde où sont les sorties, je regarde s’il y a un système de sécurité, je regarde les gens qu’il y a dans le magasin, j’évite les endroits dans le magasin où il y a beaucoup de monde« , explique Olivier qui ne supporte plus la foule. Lors de ce stage, les militaires composent une devise, elle devra les accompagner tout au long du Voir le témoignage poignant d’un stage, leur choix est fait : « pour une nouvelle vie ».
Pascal, officier de retour d’Afghanistan en juin 2012 y a été interviewé. Il dit son refus d’accepter sa maladie pendant plus d’un an, le rôle joué par son épouse, sa volonté de servir à nouveau son pays. Pascal dit son bouillonnement intérieur quand le terrorisme frappe la France et la Belgique, ses deux patries. « Désolé d’être cru… Mais ça me fait chier de m’être battu en Afghanistan contre une idéologie barbare et stupide, et de la voir arriver chez nous. »

Source: vidéo Antenne 2
Lire aussi l’Article de Max Lagarrigue, de la Dépêche : «  Les blessés psychiques de l’armée ne sont plus un tabou » 

_______________________________________________________________
16 mars 2016 : assemblée générale de la FNEP, à Tarbes

(Publié le 15 Avril 2016 par Michel BROCHERIOU)

_________________________________________________________________

Un vélo pour un artilleur parachutiste

201604201320-full
(photo La Dépêche)

La solidarité militaire n’est pas un vain mot, la preuve en a été donnée tout récemment au 35e RAP. Jérôme Lallemand, sous-officier au grade d’adjudant-chef, a servi pendant douze ans au 35e RAP, puis au 57e RA Bitche et enfin à Saint-Maixent-l’École, où il a été foudroyé par une rupture d’anévrisme pendant une séance d’entraînement en 2014. Tétraplégique, le militaire de 48 ans a vu sa carrière se briser net. À cette époque, il était membre de la 886e section de la Médaille militaire de Saint-Maixent avant de rejoindre, en 2015, celle de Tarbes : «C’est à cette occasion, lorsqu’il a rejoint la 183e section de Tarbes, que j’ai pu faire sa connaissance et il m’a beaucoup ému en me racontant son histoire, explique Hervé Julien, le président de la section tarbaise. Son état physique s’est amélioré, mais il se déplace toujours en fauteuil roulant. Et c’est en discutant avec lui que j’ai appris qu’il aimerait refaire du vélo. Nous avons donc décidé de faire quelque chose». Ce quelque chose a été remis devant la caserne, sous l’avion posé devant le portail : un vélo. «Mais pas n’importe quel vélo, il s’agit d’un vélo de type hollandais que nous avons fait aménager, avec des stabilisateurs et un cadre bas pour pouvoir passer les jambes, matériel que l’on ne peut trouver que dans des commerces spécialisés pour handicapés.» Ce genre d’engin a évidemment un prix : toute la section s’y est mise, ainsi que la Société nationale d’entraide de la Médaille militaire, représentée pour l’occasion par Maryvonne Sayos. La municipalité de Tarbes a également participé. Visiblement très ému, ainsi que son épouse, à plein-temps à ses côtés dorénavant, le sous-officier voit son horizon sportif s’éclaircir, grâce à la solidarité militaire.

Source : Hélène Dubarry . LA DEPECHE. Avril 2016
_____________________________________________________________________
IGESA : maison d’enfants de Sathonay Village

644c98842f
Sous l’égide de l’IGESA (Institution de Gestion Sociale des Armées), la maison d’enfants de Sathonay Village a pour mission
• d’accueillir des jeunes de 6 à 21 ans en situation difficile , même en urgence, à toute période de l’année, pour le temps nécessaire, et si possible sans séparer les frères et soeurs, tout en préservant les liens avec la famille, en lien aux valeurs affichées par le ministère de la Défense.
• d’apporter les moyens adéquats pour co-éduquer en lien avec la famille, instruire en lien avec l’éducation nationale, aider à l’épanouissement des enfants, prendre en charge la psychologie des enfants et accompagner les familles.
• en vue de permettre un retour en famille dès que possible, participer à l’insertion sociale et professionnelle, retisser les liens familiaux parfois distendus, organiser des activités sur l’établissement en dehors de la prise en charge scolaire externe et faire participer les enfants à des clubs sportifs, culturels et de loisirs et à des activités organisées par l’équipe éducative de l’établissement.
Maison d’enfants et d’adolescents des Armées. 6 rue Saint Maurice. 69580 Sathonay Village. E-mail :  sathonay@igesa.fr  Tél : 04 78 22 15 32
_________________________________________________________________

 

Publicités