Les musiques de l’armée de Terre : une réorganisation sans tambours, ni trompettes…

historique-0041_musique_1
Dans le cadre du nouveau modèle « Au contact », les 25 musiques de l’armée de Terre, sauf celle de la Grade Républicaine, se sont réorganisées depuis le 1er aout 2016. Mesure phare de cette réorganisation, la transformation du conservatoire de musique militaire en commandement des musiques de l’armée de Terre (CMAT)… à qui il faudra désormais s’adresser.Le colonel Stéphane Brosseau, futur chef de corps du CMAT, explique : « Ce changement […] vise à améliorer la lisibilité de notre organisation et à doter le CEMAT d’un outil lui permettant d’avoir des leviers d’actions pour commander et décider de l’engagement des musiques de l’armée de Terre ».
Les demandes de prestations des musiques de l’armée de Terre, fanfares et de la musique de la Légion étrangère sont centralisées par les états-majors de zone de défense. Elles sont ensuite soumises au cabinet du CEMAT qui s’appuiera dorénavant sur l’expertise du CMAT pour y répondre. En devenant le commandement des musiques, le conservatoire voit également s’ajouter à ses missions de rayonnement, d’enseignement et de conservation des traditions, une nouvelle mission d’appui opérationnel. « Je souhaite que les musiques s’impliquent davantage au profit des troupes engagées en opération, pour agir notamment sur la cohésion et le moral. Pour arriver à cet objectif, nos « musiciens soldats » doivent développer leurs savoir-faire et savoir-être militaires afin que leurs frères d’armes se reconnaissent davantage en eux. En tant que chef de corps, je veillerai à accroître de manière subtile et adaptée la part de la formation militaires dans le cursus des musiciens».
Ce changement d’appellation concerne également quatre des six musiques que compte l’armée de Terre :
• La musique principale de l’armée de Terre (Satory) devient la musique des troupes de marine.
• La musique de l’artillerie (Rennes) devient la musique des transmissions.
• La musique de l’infanterie (Lyon) devient la musique de l’artillerie
• La musique des forces terrestres (Lille) devient la musique de l’infanterie.
Les soldats des musiques verront également  leurs tenues de tradition uniformisées. Ils disposeront d’une tunique interarmées type 1895 à laquelle s’ajouteront des attributs spécifiques à leur arme d’appartenance.
Notons que les trois musiques parachutistes ne changent pas de nom et restent à Bayonne, Tarbes et Toulouse. Quel seront leurs répertoires de tradition au sein d’une telle uniformisation ? Que deviendront les musiques des Armées de l’Air et de Mer? La Musique de la Légion restera-t-elle longtemps à part? La partition n’a pas encore été corrigée…

photo-stc3a9phane-brosseauStéphane BROSSEAU, de 1984 à 1992, a d’abord été en classe préparatoire littéraire au Lycée militaire de Saint- Cyr-l’Ecole qui possède sa propre musique, puis à l’Ecole Spéciale Militaire de Saint-Cyr, à l’Ecole d’application de l’Artillerie, avant d’être affecté en Allemagne. En 1994-1996, il était instructeur à Saint-Cyr. Durant cette période, il a passé une maîtrise d’Histoire. Puis il a commandé une batterie de 150 hommes et femmes à Hyères. Depuis 2004, il s’est orienté vers la gestion des ressources humaines. Jusqu’alors responsable de la politique de suivi des blessés de l’armée de Terre, des conditions de vie des militaires et de leur famille, il a pris le commandement des musiques de l’armée de Terre le 1er août 2016. Directeur de chorales depuis 36 ans, il est aussi chanteur soliste.

Carte musiques milis

Publicités