Les harkis ont un devoir : transmettre une histoire dont ils peuvent être fiers

SAS1Jacques Nardin, secrétaire général de l’Union Départementale des Anciens Combattants Français Musulmans et leurs Enfants, a été interviewé le jeudi 9 juin sur RCF, Radios Chrétiennes Francophones de Saint-Etienne.
Il y a évoqué en termes mesurés quels ont été les défis des quelque 60.000 harkis accueillis en France à la fin de la guerre d’Algérie, souvent en dépit des instructions officielles. Cet ancien aspirant des SAS – sections administratives spécialisées – a insisté sur le devoir des anciens harkis de transmettre aujourd’hui aux jeunes générations la mémoire de ceux qui se sont battus pour la paix, leur village et la France et ce, d’autant plus que cette histoire n’est pas enseignée dans les écoles de la République. Il a rappelé que la Journée nationale d’hommage aux harkis avait lieu tous les ans, depuis 2003, le 25 septembre, sans qu’aucun gouvernement n’ait encore reconnu officiellement leur abandon par la France. Cette reconnaissance officielle demeure leur plus importante revendication.
Écouter l’interview
harkis1

Publicités

Une réflexion sur “Les harkis ont un devoir : transmettre une histoire dont ils peuvent être fiers

  1. Girondelot

    La manière dont les Harkis ont été abandonnés m’a toujours révolté, et encore pire aujourd’hui ou ils attendent toujours la moindre reconnaissance.

    J'aime

Les commentaires sont fermés.