Dimanche 29 mai : « Ils ne passeront pas », hommage à ceux de Verdun

SAM_351029 mai 2016 : il y a 100 ans, 98 jours après le début de la bataille de Verdun… étaient réunis autour de la Borne de Verdun, sur la place Carnot, à Lyon, des élus de Lyon derrière leur maire, le gouverneur militaire, le préfet, un peloton de la Base aérienne du Mont-Verdun, la musique de l’Infanterie, de nombreuses associations membres de la FARAC avec leurs drapeaux dont ceux de l’Union Nationale des Parachutistes, des enfants des écoles et collèges,…

SAM_3502
Gérard Colomb, sénateur-maire de Lyon : « La bataille de Verdun , symbole de violence et d’inhumanité, est devenue un symbole de paix et de réconciliation.« 

Gérard Colomb, sénateur-maire et président de la Métropole de Lyon, a confié que son grand-père, comme beaucoup, avait fait Verdun et rappelé comment le symbole de la violence et de l’inhumanité était devenu symbole de la paix et de la réconciliation avec notre voisin allemand, puis élargi son propos sur la nécessité de construire une Europe forte pour faire jeu égal avec les plus grandes puissances.
Lecture a été faite du message de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat chargé des Anciens Combattants et de la Mémoire qui nous informait qu’au même moment, loin de Lyon, à Verdun, le Président de la République française et la Chancelière de la République fédérale d’Allemagne honoraient sur le champ de bataille les soldats et les civils dont la bataille a brisé les destins et inauguraient ensemble le Mémorial de Verdun. Les enfants interprétaient les hymnes nationaux. Lire le Message du Secrétaire d’Etat aux Anciens Combattants et de la Mémoire

SAM_3483
Robert Batailly : « Toutes les 26 secondes, un soldat français ou allemand tombait foudroyé par l’artillerie ou les balles, était blessé ou disparaissait à jamais« .

Robert Batailly, président de « Ceux de Verdun, leurs descendants et leur amis » a retracé ce que fut la bataille de Verdun, expliqué que le Soldat Inconnu avait été choisi parmi les anonymes de la nécropole de Verdun et appelé à la réflexion : « il est normal que les vivants ferment les yeux des morts. Aujourd’hui, les morts ouvrent les yeux des vivants… » A nous de comprendre le message qu’ils nous transmettent !

Discours de M. Robert Batailly.        Galerie photos

 

Publicités