10 avril 2016 : décès de Jeannette Guyot, résistante et parachutiste

95840478_Jeannette_Guyot_for_obit-xlarge_trans++cFbVwrldgDqLr44SrdFj-pjiYJg1F3Rk-pkgTvIwLgsSa famille s’engage dans la Résistance, ce qui vaut à ses deux parents d’être déportés4. Elle-même rejoint la France libre en septembre 1941. Sa première participation à un réseau clandestin consiste à faire exfiltrer des agents et des civils vers la zone libre. Au fur et à mesure de son investissement dans le réseau, elle devient un agent de liaison chargé de transmettre des informations à la France libre. En février 1942, elle est arrêtée par la Gestapo mais est libérée faute de preuves.
Elle rejoint alors le réseau Confrérie Notre-Dame (C.N.D.) commandé par le colonel Rémy. En juin 1942, le réseau est trahi et Jeannette Guyot s’enfuit vers Lyon puis vers l’Angleterre. Elle porte alors le nom de Jeannette Gauthier. Elle fait alors partie des 120 volontaires formés pour participer aux plan Sussex.
Le 8 février 1944, elle est parachutée à Loches avec trois autres résistants, Marcel Saubestre, Georges Lasalle et Pierre Binet afin de mettre en place une cellule de recherche de zone de parachutage et de caches pour les soldats qui seront parachutés par la suite, cette mission porte le nom de Pathfinder. Cette mission aboutit à la création du réseau Phratrie.
La mission de Jeannette Guyot s’achève le 25 août 1944, avec la libération de Paris. Si elle est restée discrète au sujet de son rôle lors de la guerre, on sait qu’elle y a perdu son père, déporté en Allemagne, et rencontré son époux, un agent nommé Marcel Gauchet. Ses actes de bravoure ont été salués, en France, de la Légion d’honneur et de la Croix de guerre, mais aussi de la British George Medal, en Grande-Bretagne, où elle a reçu le titre honorifique d’officier de l’ordre du British Empire. On comprend mieux pourquoi, de l’autre côté de la Manche, le quotidien britannique The Daily Telegraph fut l’un des premiers à annoncer sa mort. Une héroïne s’est éteinte dans le plus grand silence médiatique, le 10 avril 2016.
(source Wikipedia)

 

Publicités

Une réflexion sur “10 avril 2016 : décès de Jeannette Guyot, résistante et parachutiste

  1. Girondelot

    Merci à nos politiques d’avoir rendu hommage à cette Résistante. Comme d’habitude aux abonnés absents…

    J'aime

Les commentaires sont fermés.