5 décembre : journée des combattants d’Algérie, Maroc et Tunisie

Les paras de l’UNP de Lyon étaient nombreux – plus de 20  auxquels il fallait ajouter d’autres paras parmi les porte-drapeaux et dans la foule – à cette journée du 5 décembre, journée nationale d’hommage aux « Morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie. Cette cérémonie se déroulait au parc de Parilly, à Bron. Le préfet-délégué, Gérard Gavory, devait rappeler « les 1500000 combattants engagés dans ces combats, militaires de carrière, appelés, harkis et supplétifs ainsi que les 23000 morts, suivis par l’abandon et l’exil de milliers de femmes et d’hommes de la terre qu’ils aimaient ». Christophe Guilloteau, député du Rhône et vice-président de la Commission de la Défense Nationale et des Forces Armées est également intervenu. Nous devions le revoir à Brindas, l’après-midi.
Des élèves du collège Théodore Monod, de Bron, accompagnaient les autorités lors des dépôts de gerbes.
Cette journée du 5 décembre fait partie du calendrier national officiel depuis 2003. Rappelons que le 19 mars reste commémoré par la FNACA, alors que ce n’est que la date du cessez-le-feu en Algérie et du début du retour des appelés dans leurs foyers. Après cette date, il y a eu encore de nombreux morts civils et militaires, des prisonniers jamais rendus, des harkis ignoblement massacrés.
Le 5 décembre 2003 est la date de l’inauguration par le Président de la République du monument national érigé quai Branly, à Paris, dédié à la mémoire de tous les soldats morts en AFN de 1952 à 1962.

Parilly

 

Publicités